Pourquoi la solution fédéraliste à la sortie de crise de l’euro est politiquement irréalisable

      Dans le monde idéalisé de l’européiste de base, le fédéralisme est une impérieuse nécessité pour satisfaire cette nouvelle religion qu’est l’Union Européenne, incarnée par un dieu jaloux : l’euro, qu’il faut sauver par des rituels et sacrifices des économies des pays fidèles.

Cependant, cette douce utopie ne résiste pas à la réalité. 

La théorie économique démontre pourquoi la zone euro n’est pas une zone monétaire optimale. Les travaux de R.Mundell (pourtant partisan de l’Union Economique Monétaire) montrent qu’une ZMO (zone monétaire optimale) nécessite que les chocs asymétriques (un pays en crise …) soient compensés notamment par des transferts budgétaires, une fluidité du marché du travail (mobilité des facteurs de production) permettant une circulation des travailleurs. 

Or, une analyse empirique simple démontre que ces mécanismes d’ajustement n’existent pas. La zone euro se caractérise par son hétérogénéité, qui constitue son vice originel1

 Ainsi, trois solutions se dessinent pour la zone euro2.

  • Ou bien les pays périphériques en crise acceptent un appauvrissement de leur économie, le siphonnage de leurs capacité de production et de leur industrie par les pays du nord (cf graphique 1), et leur conversion en une économie de service en emplois faiblement rémunérateur et aux faibles gains de productivité.

TCER Capacité production

  • Ou bien, ils en tirent les conséquences en sortant de l’euro.
  • Ou bien les pays du nord acceptent un fédéralisme budgétaire.

Cependant, derrière le mot « fédéralisme », asséné avec une joie non dissimulée par les partisans de l’UE fédérale, se cache une plus froide réalité : son coût prohibitif.

Le Coût du fédéralisme  

           En effet, deux estimations viennent corroborer ces propos. Tout d’abord celle de Natixis3 réalisée sous la direction de P. Artus en prenant en considération les coûts que représenteraient les transferts budgétaires vers les pays du sud (Espagne, Portugal, Grèce …), pour subventionner une baisse des cotisations, la création d’emplois industriels au détriment des pays du nord (le jeu étant à somme nulle), une amélioration de leur système éducatif etc…

On voit mal un pays accepter une diminution de sa base industrielle pour satisfaire les intérêts de son voisin…. Le chiffre trouvé par Natixis s’élève à 12% du PIB, essentiellement payé par l’Allemagne (par une augmentation de sa pression fiscale de 12 points de PIB par exemple!). Autant dire que ce qu’elle n’a pas accepté pour l’ex-RDA, elle ne le fera pas pour la Grèce !

Une autre estimation réalisée par J.Sapir porte le montant des transferts à 8% du PIB pour l’Allemagne (qui assurerait 90% des transferts)4

Ce qui existe actuellement, le MES ( cf encadré), est totalement insuffisant, puisqu’il n’est une assurance que pour les problèmes financiers des Etats, et non contre les divergences des économies réelles. De plus, son montant théorique total n’est pas non plus suffisant (700 milliards d’euros) et les conditions de sa mise en œuvre (l’obligation d’autorisation par le Bundestag pour un engagement supérieur à 190 milliards…).

L’union des transferts est par ailleurs inenvisageable pour les pays du sud puisqu’il signifierait une perte encore plus importante de leur souveraineté budgétaire.

Le fédéralisme paraît donc être un vœu pieux alors même que le budget européen pour les années 2014-2020 est en baisse, et que les pays les plus «  performants » comme l’Allemagne se détourne vers des zones à plus fortes croissances, comme la Pologne, la Russie, la Chine5…(cf graphique 2) témoignant d’une politique de cavalier solitaire (« beggar thy neighbour »).

Allemagne importations

 

Enfin, il est politiquement irréalisable étant donné les différences de visions politiques entre les pays qui souhaitent une diminution de la pression fiscale et des dépenses publiques et sociales et les autres qui souhaitent conserver un haut niveau de protection sociale.

Bref, des trois solutions envisageables à la crise de l’euro, seule sa dissolution semble réaliste.

MES


 

1Zone euro : l’erreur de conception est l’oubli de l’hétérogénéité structurelle ; elle peut conduire à l’éclatement de l’euro, FLASH ECONOMIQUE NATIXIS, 18 Avril 2012 – N°. 288.

2Trois possibilités seulement pour la zone euro, FLASH ECONOMIQUE NATIXIS, 25 octobre 2012 – N°. 729

3«La solidarité avec les autres pays de la zone euro est-elle incompatible avec la stratégie fondamentale de l’Allemagne : rester compétitive au niveau mondial ? La réponse est oui », NATIXIS, Flash-Économie, n°508

4J.Sapir, Le coût du fédéralisme dans la zone Euro. http://russeurope.hypotheses.org/453

5L’UE, plateforme de production de l’économie allemande, Xerfi-Synthèse n°1 — juin 2013 http://www.xerfi.com/xerficanal/PDF/Xerfi-synthese-1.pdf

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s