Asselineau et l’UPR, les colporteurs de balivernes.

Asselineau et son équipe numérique ne sont jamais à court d’idées pour incriminer les autres courants de toutes les turpitudes atlantistes imaginables. Au risque parfois de donner dans le mensonge grossier, illustrant ici l’adage « plus c’est gros, plus ça passe ».

Un récent communiqué de l’UPR (qui aurait sa place en Une de « Parano Magazine ») dénonce à grand renfort de CAPSLOCKS et autres majuscules un vote des députés FN au parlement européen s’agissant des sanctions sur l’Ukraine, du 18 septembre 2014.

Ass

Asselineau croit tenir là la preuve irréfragable de l’atlantisme silencieux du FN, ce dernier feignant d’accabler Washington sur les plateaux télés et autres médias.

ass2

L’erreur d’Asselineau réside dans le fait que son équipe ne sait pas se servir du site Vote Watch.

En effet, à partir d’un vote concernant un amendement (n°10), Asselineau en conclut que tous les députés FN ont voté pour la résolution dans son entièreté.

Or, à y regarder de plus près, le vote incriminé (et donc l’amendement n°10) va plutôt dans le sens d’une atténuation possible des sanctions.

Bx7FLVKIEAA5WfP

En clair, s’il est avéré que Moscou n’est pas responsable des « crimes » qui lui sont imputés, alors les sanctions pourraient être annulées (« réversibles »).

Il est donc incontestable que cet amendement constitue un « mieux » sauf pour les partisans d’Asselineau, armés de toute leur mauvaise foi.

Le vote de la résolution dans sa globalité a bien eu lieu, mais il s’est fait à mains levées. Or, VoteWatch ne comptabilise que les votes électroniques !

La victimisation de ce parti n’a que trop duré. Encore « blacklisté » hier, Asselineau, auréolé de ses magnifiques 0,3% aux dernières européennes, aura droit à son heure de gloire dans l’émission On n’est pas couché de France 2. On ne sait pour quelles raisons les producteurs en ont décidé ainsi (alors même que le FN est lui réellement blacklisté de cette émission, en dehors des périodes d’élections, temps de parole oblige…).

L’UPR devrait tourner sa langue sept fois dans sa poche (et apprendre à utiliser les outils numériques) avant d’asséner son auditoire de propos diffamatoires…

PS: l’article ayant été supprimé, il est disponible en cache ici.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s