Réduction des dépenses publiques de 21 milliards d’euros: la course à l’austérité sans fin

Michel Sapin a annoncé son plan pour réduire les dépenses publiques en 2015, et l’addition s’annonce salée : 21 milliards d’euros répartis entre la protection sociale (-9,6 Mds), les collectivités locales (-3,7 Mds) et l’Etat  (-7,7 Mds). réduction dépenses

Même si ce chiffrage repose sur une hypothétique croissance pour 2015 de 1% (le Haut conseil des finances publiques lui-même la juge optimiste, alors que ce dernier avait prévu  1% en 2014 et qu’on sera vraisemblablement à 0,4 voire moins…), on voit que l’essentiel du coup de rabot porte sur la protection sociale, et ce alors que les prélèvements obligatoires (impôts de toutes natures) devraient stagner.

Il faut tout d’abord rappeler de quoi sont constituées les dépenses publiques.

 La majeure partie d’entre-elles (43%) relève des prestations sociales[1]. En effet, le France a fait le choix, après la guerre, d’un mécanisme assurantiel obligatoire à l’échelle nationale pour assurer sa protection sociale (et dont le coût de gestion de 3% est considéré comme faible par la Cour des Comptes[2]). Il s’agit en réalité de revenus différés[3], comme tout mécanisme assurantiel (on cotise à l’instant t, puis on reçoit plus tard, sous forme de remboursements de médicaments, de soins, ou de pensions de retraite). Leur augmentation depuis les années 60 provient, pour une large part, du vieillissement de la population (80% des dépenses de santé étant engagées durant les deux dernières années de la vie).

taux dépense publique comparée

Le gouvernement a cependant décidé de geler ces prestations sans geler les impôts et cotisations qui les alimentent ! Ceci est équivalent à un rabotage des salaires. Baisser cette dépense publique revient donc à baisser les salaires différés et le pouvoir d’achat des ménages (ce qui est confirmé par l’INSEE, et frappe surtout les catégories à plus faibles revenus[4]…).

Par ailleurs, les dépenses publiques « strictes », c’est-à-dire le coût de l’administration, de la sécurité intérieure et extérieure, des dépenses d’intervention diverses, représentaient 32% des dépenses publiques totales et 18,2% du PIB). En ceci, la France reste dans la moyenne de l’OCDE, au même niveau que les Etats-Unis et le Royaume-Uni, mais inférieur à l’Italie… Il ne s’agit pas de nier qu’il y a des efforts à faire, mais ils doivent être faits lorsque la conjoncture économique est favorable (en clair, de 1998 à 2007). dépenses publicuque 2

Les dépenses devraient donc baisser de 21 milliards d’euros mais par rapport à la tendance ! Elles augmenteront ainsi de 0,2% au lieu de 1,7% l’an prochain. En effet, les dépenses publiques ont une évolution spontanée (qui est liée à l’inflation, à la hausse du nombre de retraités, de chômeurs, en somme de prestataires). Or, si l’on diminue les prestations, mais que le nombre de prestataires augmente, alors on rogne sur le pouvoir d’achat. C’est pourquoi on regarde l’évolution des dépenses publiques par rapport à la tendance[5]dépenses

Il ne faudrait pas croire que baisser les dépenses publiques n’aurait aucun impact sur l’activité. 

Comme nous l’avons vu, les dépenses publiques sont pour une bonne part du salaire différé pour les cotisants. Il est donc logique qu’en les réduisant cela ait un impact sur l’activité du pays, de même que la baisse des commandes publiques, desquelles beaucoup d’entreprises privées vivent.

Pour mesure l’impact de la hausse des impôts ou de la baisse des dépenses publiques, on a recours au « multiplicateur budgétaire »[6]. Ce dernier dépend de conjoncture économie (du cycle) et du comportement de ses partenaires économiques. Lorsque le cycle est bas (en période de crise), que l’ensemble de ses partenaires commerciaux font des politiques d’austérité et que la Banque Centrale pratique une politique monétaire expansionniste (taux directeurs bas), alors le multiplicateur est élevé.

L’OFCE estime celui-ci en moyenne à 1,3 (quand la conjoncture est morose), c’est-à-dire que pour 1 euro de baisse des dépenses publiques en moyenne, cela contracte le PIB de 1,3 euro.

multip ofce

On peut donc calculer un impact négatif sur l’activité en 2015 de l’ordre de 1,2 à 1,3 point de croissance. 

baisse dépenses

Par ailleurs, ceci ne sera que très partiellement compensé par les baisses d’impôts aux entreprises, qui devraient rapporter 0,6 à 0,7 point de croissance. Or, avec une croissance potentielle (c’est-à-dire celle à laquelle la France peut prétendre au regard de ses facteurs fondamentaux (productivité, démographie…)) il apparaît dangereux de la contracter davantage.

Ainsi, l’ensemble du plan Valls de réduction des charges des entreprises plus que compensées par une baisse des dépenses publiques, contracterait l’activité de 2014 à 2017 de X%. Voici donc l’explication de l’absence de réduction du déficit public.

plan valls

Il faut rappeler qu’aucun pays n’a réduit durablement ses dépenses publiques en niveau (c’est-à-dire en milliards de $, d’euros etc…), mais seulement le ratio dépenses / PIB, simplement par le fait que le diviseur (PIB) augmentait plus que le numérateur (dépenses)[7] !

Si une nécessaire consolidation budgétaire doit avoir lieu, elle ne doit pas se faire avant le retour de la croissance, ni à son détriment. Or, les politiques d’austérités actuellement menées empêchent son retour, et le cercle vicieux est enclenché.


[1] http://www.inegalites.fr/spip.php?article1835

[2] http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2011/09/08/04016-20110908ARTFIG00646-la-secu-droguee-a-la-dette-s-alarme-migaud.php

[3] http://www.ofce.sciences-po.fr/blog/pour-qui-travaillons-nous-variations-sur-un-theme-de-milton-friedman/

[4] http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?id=4348&reg_id=0

[5] http://cib.natixis.com/flushdoc.aspx?id=75265

[6] http://www.ofce.sciences-po.fr/blog/une-revue-recente-de-la-litterature-sur-les-multiplicateurs-budgetaires-la-taille-compte/

[7] https://altereconomie.wordpress.com/2014/09/07/pas-de-baisse-des-depenses-publiques-reussies-sans-devaluation/

Asselineau et l’UPR, les colporteurs de balivernes.

Asselineau et son équipe numérique ne sont jamais à court d’idées pour incriminer les autres courants de toutes les turpitudes atlantistes imaginables. Au risque parfois de donner dans le mensonge grossier, illustrant ici l’adage « plus c’est gros, plus ça passe ».

Un récent communiqué de l’UPR (qui aurait sa place en Une de « Parano Magazine ») dénonce à grand renfort de CAPSLOCKS et autres majuscules un vote des députés FN au parlement européen s’agissant des sanctions sur l’Ukraine, du 18 septembre 2014.

Ass

Asselineau croit tenir là la preuve irréfragable de l’atlantisme silencieux du FN, ce dernier feignant d’accabler Washington sur les plateaux télés et autres médias.

ass2

L’erreur d’Asselineau réside dans le fait que son équipe ne sait pas se servir du site Vote Watch.

En effet, à partir d’un vote concernant un amendement (n°10), Asselineau en conclut que tous les députés FN ont voté pour la résolution dans son entièreté.

Or, à y regarder de plus près, le vote incriminé (et donc l’amendement n°10) va plutôt dans le sens d’une atténuation possible des sanctions.

Bx7FLVKIEAA5WfP

En clair, s’il est avéré que Moscou n’est pas responsable des « crimes » qui lui sont imputés, alors les sanctions pourraient être annulées (« réversibles »).

Il est donc incontestable que cet amendement constitue un « mieux » sauf pour les partisans d’Asselineau, armés de toute leur mauvaise foi.

Le vote de la résolution dans sa globalité a bien eu lieu, mais il s’est fait à mains levées. Or, VoteWatch ne comptabilise que les votes électroniques !

La victimisation de ce parti n’a que trop duré. Encore « blacklisté » hier, Asselineau, auréolé de ses magnifiques 0,3% aux dernières européennes, aura droit à son heure de gloire dans l’émission On n’est pas couché de France 2. On ne sait pour quelles raisons les producteurs en ont décidé ainsi (alors même que le FN est lui réellement blacklisté de cette émission, en dehors des périodes d’élections, temps de parole oblige…).

L’UPR devrait tourner sa langue sept fois dans sa poche (et apprendre à utiliser les outils numériques) avant d’asséner son auditoire de propos diffamatoires…

PS: l’article ayant été supprimé, il est disponible en cache ici.